Archives de Tag: Virginie Faure

-R- Le Prieuré de Brioude (43100) ; un temps support d’une réactivation temporaire de l’Ordre de Fontevraud.

Ce prieuré  fondé  en 1637 sous l’Abbesse Jeanne-Baptiste de Bourbon qui y installa la première prieure, Françoise de Fréta, fut  favorisé  par les seigneurs  voisins et  la papauté.

Au cours de la Révolution,  en 1792 , les religieuses furent  contraintes de  quitter leur  monastère. puis en 1827, Mesdames Thouset, anciennes moniales aidées par Mgr de Bonald, réussirent  à rétablir un prieuré  fontevriste à Brioude. Un indult de la Sacrée  Congrégation leur  rendit en 1839 l’usage  des anciens  privilèges de leur Institut.

Le 5 septembre 1849, les supérieures des trois prieurés  fontevristes existant ( Marie Girault pour Chemillé, Marie Carcanaigue  pour Boulaur,  Virginie Faure pour Brioude) se réunirent à Brioude afin d’unifier l’observance.

Aprés 1905 et la séparation de l’Eglise et de l’Etat,  deux professes de Brioude gagnèrent Chemillé (49120) puis à la fermeture de ce dernier prieuré, les moniales s’établirent en 1956 à la Barre, commune  de Martigné-Briand (49540) auprès des Bénédictines missionnaires  de Vanves. Il n’y eut plus alors de religieuses fontevristes.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 43, Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye

Prieuré Sainte-Marie de Boulaur (32450 SARAMON)

2645_1

http://www.jedecouvrelafrance.com/f-2645.gers-abbaye-boulaur.html

Ce prieuré appelé à l’origine Bonlieu (de Bonus Locus déformé en Bouloc, puis en Boulaur)  était  sur une  hauteur surplombant  la vallée de  la Gimone , au nord de Saramon.  Il fut  fondé  en 1140, sous Pétronille  de Chémillé au diocèse d’Auch par Longebrune (Veuve du Comte Benard Ier  d’Astarac) , qui deviendra prieure, et par  son fils Sancha. Bientôt prospère, Boulaur  essaima  en 1151  dans le diocèse voisin de Comminge. L’avant  dernière Prieure de Boulaur, morte en 1785, appartenait à la famille  Montesquieu-Fezensac.

Lors  des troubles de la Révolution, le monastère et ses dépendances  furent  vendus  le 23 ventose an V  comme  bien nationaux . Mais au début  du XIX e siècle, en 1817, deux anciennes  moniales Madame de de Latour et Madame Thierry prvinrent  au prix de nombreux efforts  à racheter  leur ancien couvent  où elles  fondèrent un pensionnat. Une comunauté religieuse s’étant formée, Boulaur  fut reconnu prieuré  fontevriste par l’ordonnance royale du 13 mai 1847. Puis,  le 5 septembre 1849; les supérieures  des trois prieurés fontevristes ( Marie Girault pour Chemillé,  Marie Carcanaygue pour Boulaur, Virginie Faure pour Brioude se réunirent  en ce dernier lieu pour unifier  l’observance.

Malheureusement , en 1905, avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat, elles furent  contraintes de fusionner  avec les Bénédictines espagnoles. Le domaine  fut  racheté par une communauté de moniales cisterciennes qui restaura les bâtiments . Boulaur possède  une église du XIII e siècle , une porte du XII e siècle, un réfectoire du XVI e siècle, un cloître et une trés  belle  statue de la Vierge à l’enfant  datant  du XIII e siècle.

Poster un commentaire

Classé dans Département 32, Uncategorized