Archives de Catégorie: Uncategorized

Un exemple d’hydraulique monastique, l’hydraulique cistercienne.

L’hydraulique est une science appliquée ayant pour objet d’étude les propriétés mécaniques des liquides et des fluides[1].

L’eau a toujours déterminé les implantations monastiques ; et par leurs travaux hydrauliques, les moines ont profondément modifié les paysages où ils ont vécu.  Voir L’hydraulique monastique Sous la direction de Léon Pressouyre et Paul Benoit [2]

Les exemples en sont nombreux  même si l’ordre Cistercien semble être celui qui a fait l’objet  de recherches approfondies comme en témoignent ces quelques titres formant une liste non exhaustive.

* Nouvelles recherches sur l’hydraulique cistercienne en Bourgogne, Champagne et Franche-Comté [3]

* Sanctuaires cisterciens et aménagments hydrauliques en Limousin et en Marche

* L’hydraulique cistercienne : aménagements et usages dans le Massif central [4]. 

* Les Cisterciens et l’eau. L’exemple de l’abbaye de Vauluisant aux XIIe et XIIIe siècles Joséphine Rouillard[5].

L’hydraulique cistercienne en Bourgogne et en Champagne [6].

* Les amis de l’Abbaye de Signy. Les Cisterciens au pays des résurgences [7].

* Les Cahiers Haut-marnais :_Hydraulique cistercienne en Haute-Marne [8]

A propos des cisterciens toujours concluons avec Georges Viard faisant  l’éloge de » l’ingéniosité  et de la maîtrise reconnue des cisterciens  dans l’art hydraulique [9]«  ajoutant ces quelques  lignes présentant  le « Canal des moines » à Aubazine ( implantation cistercienne)  Ouvrage d’art exceptionnel du XIIème siècle d’1.5 km, tantôt creusé dans la roche, tantôt construit en encorbellement par les moines cisterciens de l’abbaye, le canal des moines court à flanc de rocher depuis sa prise d’eau sur le ruisseau du Coyroux. Il desservait viviers et moulins et apportait l’eau courante au monastère[10]

[1] -.https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydraulique

[2]http://www.editions-creaphis.com/ouvrages/l-hydraulique-monastique.html.

[3] -.  https://www.persee.fr/doc/arcme_0153-9337_1998_num_28_1_917

-[4]. http://openarchive.eveha.fr/uploads/documents/57-bouvart-pignot.pdf

[5]https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1998-1-page-77.htm#

[6] -. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2010.rollier_g&part=364540

[7]http://www.abbayedesigny.fr/

[8]https://www.librairiedialogues.fr/livre/9400392-les-cahiers-haut-marnais-hydraulique-cisterci–haute–marne-les-cahiers-haut-marnais

[9]vhttp://chemindeleau.com/L-hydraulique-monastique-a-l.html#16/48.0569/5.6720 en

[10].https://www.vallee-dordogne.com/la-vallee-de-la-dordogne/decouvrir/musees-spectacles-visites-et-excursions/canal-des-moines-844216

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Rejoignez l’APF force de frappe des études consacrées aux Prieurés fontevristes

Poster un commentaire

par | 2 septembre 2019 · 11:07

« Littérature, histoire, imaginaires coloniaux » du 13 au 15 juin 2019

Rencontres MEET du 13 au 15 juin à Fontevraud : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux »

Chaque année, l’Abbaye royale de Fontevraud a le plaisir d’accueillir les rencontres de la MEET, Maison des Écrivains Étrangers et Traducteurs. Les prochaines rencontres qui se dérouleront du 13 au 15 juin auront pour thème : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux ». En PDF à télécharger, la présentations des auteurs présents.

Dès les prémices des conquêtes coloniales, au début du XVIIIe siècle, se construit un imaginaire autour des terres vierges qui entretient le rêve de contrées mirifiques. Cette « politique du merveilleux » fut l’un des fondements du colonialisme étendu à tous les continents, répandant les aspirations exotiques occidentales et justifiant la politique d’occupation.

La propagande coloniale, soutenue par la presse, la littérature, toutes sortes d’images, le théâtre, les expositions, puis la photographie, le cinéma, les actualités filmées, la télévision, s’est élaborée en même temps que les conquêtes et a représenté une large et intense campagne médiatique. Cette fantasmagorie s’est enfouie au plus profond des consciences, les blanches comme les autres. Et l’imagerie coloniale habite encore nos imaginaires.
Or, nous assistons depuis une vingtaine d’années à un double phénomène qui travaille profondément ces imaginaires coloniaux : un regain d’intérêt critique pour les littératures et les imageries coloniales anciennes, et un foisonnement des écritures actuelles dans et sur les champs coloniaux et postcoloniaux, quels qu’ils soient.

Que se forge-t-il à travers ces imaginaires coloniaux ? Comment en rendre compte en historien ou en écrivain ? Comment en jouer et les déjouer ? Peut-on les ignorer, les contourner ou les combattre ? Voici autant de questions que nous posent ces fantasmes.
Ces questions sur les imaginaires coloniaux, les Rencontres de Fontevraud voudraient cette année les poser et tenter d’y répondre, en réunissant dans l’abbaye royale, pour trois journées, les témoins et les acteurs d’un rapproché à multiples facettes : historiens, littéraires, écrivains, qui toutes et tous ont à faire avec elles, et qui toutes et tous désormais dialoguent, se lisent, apprennent les uns des autres, ce dont les écritures, tant dans le champ des sciences sociales, de la critique littéraire que dans le paysage foisonnant des romans, récits, fictions, poésies contemporains, témoignent abondamment.

Sous la forme conviviale propre au lieu, tables-rondes, dialogues, ateliers, lectures, conférences, se succèderont et s’entrecroiseront afin de faire surgir par l’écoute et le débat quelques-unes des interrogations sur les imaginaires coloniaux hier et aujourd’hui, qui nous occupent. Puisque qu’ils font partie de notre histoire, faisons en sorte qu’ils construisent notre conscience critique actuelle.

Le programme

Jeudi 13 juin
– 15h. Présentation (Antoine de Baecque/Patrick Deville) : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux »
– 15h30-16h45. : Romain Bertrand, l’histoire à parts égales
– 16h45. Lecture
– 17h30-18h45. Conférence de Bénédicte Savoy, les œuvres du patrimoine africain, l’imaginaire colonial et la question de leur restitution
– 20h45 : Projection de Vénus Noire, d’Abdellatif Kechiche (2h45, 2010), suivie d’une discussion animée par Antoine de Baecque

Vendredi 14 juin
– 9h30. Lecture
– 9h45-11h. Dialogue Patrick Deville et Antoine de Baecque : la littérature, l’histoire et les imaginaires coloniaux
– 11h15. Lecture
– 11h30-13h. Table-ronde, animée par Yann Nicol (Veronic Algeri, Linda Lê, Pierre Singaravelou, Jennifer Yee) : « Les écritures contemporaines des mondes coloniaux »
– 15h. Lecture
– 15h15-16h45. Table-ronde , animée par Antoine de Baecque (Michaël Ferrier, Daniel Maximin, Philippe Papin, Christelle Taraud) : « Qu’est-ce que l’imaginaire colonial ? »
– 17h. Lecture
– 17h15-18h45 : Table-ronde , animée par Yann Nicol (Veronic Algeri, Négar Djavadi, Suzanne Dracius, Jennifer Yee) : « L’imprégnation des imaginaires coloniaux »
– 21h : Présentation de l’exposition Le Modèle noir, de Géricault à Matisse (Musée d’Orsay, jusqu’au 21 juillet), suivie d’une discussion animée par Pap N’Diaye, conseiller scientifique.

Samedi 15 juin
– 9h30. Lecture
– 9h45-10h45. Dialogue : Michaël Ferrier, voyages métissés de différents passés
Pause
– 11h. Lecture
– 11h15-12h45. Table-ronde animée par Yann Nicol (Hemley Boum, Pap N’Diaye, Daniel Maximin, Thomas B. Reverdy) : « Construire une conscience critique des imaginaires coloniaux »

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=50113

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ne jetez pas la pierre (!) à ceux qui ont choisi des sujets d’études sur l’abbaye de Fontevraud apparement rebutants… lisez les plutôt.

Etude statistique d’appareils à l’intérieur de l’abbaye de Fontevraud. Aspects méthodologiques

[article]

Revue Archéologique de l’Ouest  Année 1989  6  pp. 155-172

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Uncategorized

Redécouverte de structures anciennes au Prieuré de Relay- PONT-DE RUAN (37200).

 

Page FB du prieuré de Relay via Aurélie Schnell.

 

41694444_10217172346085431_6266853838917992448_n

Work in progress.

Depuis plusieurs mois, des travaux de restauration/conservation ont été entamés sur la façade occidentale des logis. Autrefois se trouvaient ici le réfectoire au rez-de-chaussé et le logis prieural à l’étage. Malheureusement, en 1833, le propriétaire avait détruit une grande partie de ces bâtiments. Nous retrouvons aujourd’hui le niveau de sol d’origine, des niches et la structure de la cheminée du logis de la prieure.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Revitaliser le centre-bourg de Fontevraud l’Abbaye.

28 mars 2019 à Montsoreau : « Rêver les bourgs anciens », la conférence sur le centre-bourg de Fontevraud

Découvrez le projet architectural virtuel, mais réaliste, issu de l’étude de revitalisation du centre-bourg de Fontevraud-l’Abbaye lors d’une conférence intitulée « Rêver les bourgs anciens », le jeudi 28 mars 2019, à 20h, à la Maison du Parc de Montsoreau. Entrée gratuite et ouverte à tous.

Illustration de la revitalisation du centre-bourg de Fontevraud-l’Abbaye (crédit image : © Quarcs)

Pour le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine, « notre patrimoine a de l’avenir ». Dans cette optique, le PNR organise une conférence le jeudi 28 mars prochain à 20h, à la Maison du Parc de Montsoreau, sur le thème : « Rêver les bourgs anciens ».

Fontevraud : « du rêve à la réalité »

C’est l’histoire bien connue des centres-bourgs, qui se vident, et qui peinent à être réhabilités et réinventés… Ce constat, de nombreux bourgs ruraux le déplorent aujourd’hui. Lancée par le Parc avec l’aide de la commune de Fontevraud, l’étude « revitalisation » ne s’appuie pas uniquement sur une analyse technique. Elle va plus loin et propose une analyse sociologique des besoins, des envies… Pendant plusieurs mois, une équipe a travaillé autour de l’ilot Triquier Sud. Architectes, sociologues et juristes ont rencontré les habitants, les acteurs économiques, les élus de la commune pour aboutir à un projet de revitalisation qui leur ressemble.

Florian Golay et Cécile Leonardi à l’animation

C’est le travail que Florian Golay, architecte et Cécile Leonardi, sociologue viendront présenter lors de cette conférence. Loin d’être uniquement imaginaire, le projet envisage de mixer des logements, un lieu d’hébergement pour travailleurs saisonniers et un local artisanal. « Le centre-bourg est souvent décrié et ne suscite plus d’envie : manque de place, d’espace vert, de parking » on le rend à nouveau séduisant en partant des désirs et aspirations des gens » précise Michel Mattei, chargé de mission urbanisme au Parc. Plus qu’un rêve, l’étude intègre le financement et le montage juridique pour rendre le projet réalisable.

Quand la petite histoire du patrimoine bâti rejoint la grande

Chaque année, le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine explore un thème en lien avec ses missions. En 2019, le patrimoine bâti est à l’honneur ! Le territoire regorge en effet d’un bâti merveilleux, plus ou moins connu. Il est un élément essentiel du paysage et a largement contribué au classement du territoire en « Parc Naturel Régional » et à l’inscription du Val de Loire sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Jusqu’au lundi 11 novembre 2019, la Maison du Parc décline cette thématique sous plusieurs formes : visite sensorielle, conférence sur l’habitat en Anjou et en Touraine, atelier sculpture sur tuffeau… Sans oublier son exposition « Patrimoines révélés », visible jusqu’au dimanche 12 mai prochain (relire notre article), qui invite à (re)découvrir les patrimoines exceptionnels de l’Anjou !

Infos pratiques : Conférence du jeudi 28 mars 2019, à 20h, animée par Florian Golay, architecte, et Cécile Leonardi, sociologue. Entrée gratuite. Réservation conseillée par téléphone au 02 41 38 38 88. Retrouvez le programme complet sur le site Internet du Parc Naturel Régional (PNR) Loire-Anjou-Touraine (rubrique « Découvertes ») : www.parc-loire-anjou-touraine.fr.

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=49164

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Uncategorized

Le prieuré de Blessac (23200)

IMG_1787.jpg

  • 1800 m2
  • 20 pièces

Creuse lieu d’exception, cet ancien couvent de femmes fondé au XIè siècle adhéra à l’ordre de Fontevrault. Il acquit une importance considérable au moyen âge jusqu’à la fin de l’ancien régime. Demeure privée depuis le XVIIIè, magnifiquement restauré récemment il déploie environ 1800m2 sur 3 niveaux. Composé de 12 chambres avec salle de bains, 6 salons de réception ainsi que d’une galerie.Nombreux éléments d’époques :boiseries, cheminées en pierre, parquets …. chapelle dans parc avec étang, exceptionnel pour une activité d’accueil et réception. Dans un parc arboré d’environ 10 hectares comprenant 1 piscine, 2 étangs, un bassin, une petite maison, une chapelle, une partie de l’église, un pigeonnier et un caveau vénitien.Situation : à 5mn d’Aubusson, cité internationale de la tapisserie, A 85 km de limoges et 93 km de Clermont FerrandRelié à Paris par TGV La Souterraine à seulement 2h30Aéroport de Limoges reliant Paris en moins d’une heure. Pour information, contactez: Nadine DIPIETRO 0681993…

Référence annonceur : 1141126 – Référence Propriétés le Figaro : 10865487IMG_1789

https://proprietes.lefigaro.fr/annonces/chateau-creuse-limousin-france/10865487/

et aussi :

https://creuse.meconnu.fr/ancien-prieure-de-blessac

https://data.bnf.fr/fr/14514184/prieure_de_blessac/

et encore:

Résumons : donc le pieux Charles d’Aubusson vient, en 1524, de faire construire une chapelle dédiée à la gloire de Marie… c’est bien ça l’histoire, hein ? Mais Gilles Rossignol (qui est l’auteur d’une biographie sur les d’Aubusson, d’un Guide de la Creuse et, par ailleurs, qui est ancien attaché culturel d’ambassade et petit-fils de maçon de la Creuse) nous en dit un peu plus…

Le frère de Charles, qui se nomme Jean d’Aubusson, est le curé de La Chapelle-Taillefert et le prieur du couvent de Blessac. La prieure de ce même couvent s’appelle Françoise d’Aubusson : elle est la cousine du pieux seigneur Charles d’Aubusson et de son frère, l’ecclésiastique Jean d’Aubusson. Une belle histoire de famille commence…

En 1530, des inspecteurs de l’ordre de Fontevrault effectuent une visite de routine au couvent de Blessac et ils sont stupéfaits par les confidences qu’ils y recueillent : les nonnes accusent en effet les 2 frères et leur cousine de vivre « lubriquement » et leurs témoignages apportent de très intéressants renseignements…

La prieure Françoise d’Aubusson aurait eu 3 (voire 4) enfants dont le père serait son cousin, le baron Charles d’Aubusson. Le curé prieur Jean d’Aubusson est, quant à lui, accusé d’avoir forniqué avec plusieurs religieuses du couvent de Blessac (scandalisant ainsi les habitants de cette localité, lesquels sont au courant à cause de son manque total de discrétion).

En 1533, le curé prieur Jean d’Aubusson, qui est également accusé d’avoir maltraité le curé du château familial (à Blessac), est destitué de ses fonctions de prieur du couvent de Blessac. Puis, l’abbesse de Fontevrault obtient sa condamnation et Jean d’Aubusson est alors incarcéré à Paris (et nul n’entend plus jamais parler de lui).

http://marchoucreuse23.canalblog.com/archives/2017/10/08/35745727.html

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Les orages semblent s’accumuler sur la tête du Centre culturel de l’Ouest gérant l’abbaye royale de Fontevraud.

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2019/03/07/la-chambre-regionales-des-comptes-de-nantes-etrille-la-gestion-du-site-de-labbaye-royale-de-fontevraud/

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le dernier ouvrage de Claude Thébault sur une religieuse fontevriste est-il crédible ou non?

    Ma surprise fut grande lorsque j’ai découvert dans ma veille  sur l’ordre monastique de Fontevraud l’ouvrage suivant dont l’illustration ne me parait pas  complêtement  être en adéquation avec la  vie  – et la mort sur l’échafaud- d’une moniale de choeur du Prieuré fontevriste de Lencloître-en-Gironde (86140)

   Pour faire bonne mesure , ajoutons  que la particule ( de James)  ne  s’écrit jamais avec une majuscule.

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/tag/james-marcelle-aimee-de/

https://www.7switch.com/fr/ebook/9772901149058/histoire-de-marcelle-aimee-de-james

https://www.7switch.com/fr/ebook/9772901149058/histoire-de-marcelle-aimee-de-james

Histoire de Marcelle Aimée de James — Ebook

guillotinée à Paris le 18 mars 1794

Marcelle Aimée de James, dont la marraine se nommait Marcelle Aimée de Nollet, fut appelée à 17 ans, contre sa volonté, à remplacer une parente défunte agée de 70 ans dans une religion de filles. Elle quittait le monde, sur ordre paternel, pour s’enfermer vivante avec 20 autres recluses comme elle dans un couvent royal du Poitou.

Découvrant l’insomnie, traitée avec des pilules d’opium et des bols de tisane de valériane, afin de prendre du repos par nécessité.

Pendant un séjour imposé de 20 années elle entretenait une relation avec sa soeur madame de Chamborand, une riche veuve noble, et sa nièce délurée de 17 ans Louise Silvine. Sans se douter un seul instant du mépris de ces deux femmes à son encontre.

Lorsqu’elle fut expulsée de sa communauté, par la République, personne n’acceptait de la recevoir, ni sa soeur, ni sa nièce,ni non plus son frère.Son père étant décédé.

Elle s’installa d’autorité au Logis familial de Saint Vincent de Vitrac en Charente, comme occupante du château. En ignorant la précarité de sa situation, menacée par les délations de sa soeur, au Comité de Surveillance de Confolens pour activité contre révolutionnaire

C’est ainsi, que Marcelle Aimée de James se retrouva devant le tribunal révolutionnaire, prévenue de conspiration contre la République, pour aide et assistance à ses ennemis.Alors qu’elle avait prêté serment d’être fidèle à la Nation.

Contre elle étaient produit une dizaine de lettres adressées à sa nièce effrontée, dans lesquelles il lui était reproché de verser le poison de la religion. Des documents non portés à sa connaissance à l’audience de sa condamnation à mort.

Des documents déclarés plusieurs mois après, avec mépris, par sa nièce sous le qualificatif « de lettres laissées sans réponse ».

Voila en résumé la première partie de la Saga de James. L’histoire attachante de Marcelle Aimée sacrifiée par la vanité et la corruption de sa soeur.

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 86, Uncategorized

2025. Un nouvel échangeur sur l’A 85 pour desservir l’Abbaye royale de FOntevraud.

Saumurois. Un nouveau pont bientôt construit sur la Loire ?

Dans 7 ans, l’autoroute A85 (reliant Angers à Tours) sera dotée d’un nouvel échangeur. Il devrait se situer au niveau du lieu-dit « La Chaussée » sur la commune de Brain-sur-Allonnes. Sa construction pourrait alors déboucher sur un autre chantier de poids : celui de la réalisation d’un nouveau pont sur la Loire, à hauteur de Varennes-sur-Loire.

                            Pont de Varennes-Montsoreau, trop étroit pour les camions

À la frontière entre les départements de Maine-et-Loire et d’Indre-et-Loire, ce nouvel échangeur devrait être opérationnel en 2025. Il viendrait compléter la liste des échangeurs déjà en service sur cette portion d’A85, c’est-à-dire à Vivy et à Bourgueil (Indre-et-Loire).

Pour desservir l’Abbaye de Fontevraud…

Le projet avait été abordé lors d’une séance du comité syndical du SIVM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) du Pays Allonnais, le mercredi 11 avril dernier. Guy Bertin, maire de Neuillé et membre du syndicat, rappelait que « lors de la réalisation de l’autoroute A85, une sortie avait été prévue, mais différée à la hauteur du lieu-dit « La Chaussée », sur la commune de Brain-sur-Allonnes ». Cet échangeur était notamment envisagé pour desservir le site culturel régional de l’Abbaye Royale de Fontevraud. « L’emprise foncière nécessaire à cette infrastructure a été réservée lors des études et des procédures réglementaires préalables », ajoutait Guy Bertin, avant d’interroger les élus, dont le président du SIVM Jérôme Harrault, le maire d’Allonnes, sur la pertinence de maintenir ou non ce projet d’échangeur…

Sans oublier le Center Parcs du « Bois aux Daims »

À l’unanimité, les délégués des 7 communes du Pays Allonnais (*) ont affirmé leur intérêt pour la réalisation de cet échangeur « qui bénéficiera, au-delà du territoire de proximité et du Saumurois, aux bassins de vie du Bourgueillois et du Chinonais, au site culturel régional de l’Abbaye Royale de Fontevraud et au Center Parcs « Le Bois aux Daims », à Morton (ndlr : Vienne) ». Selon Guy Bertin, une décision rapide était nécessaire… Si Cofiroute, société de Vinci Autoroutes et concessionnaire de cette autoroute dispose toujours d’un budget pour la réalisation de cet aménagement, ce budget aurait pu, « faute de mise en œuvre, être affecté à un autre programme de travaux ». Finalement, le comité syndical a validé le maintien de cet échangeur et a chargé le président, Jérôme Harrault, de transmettre cette délibération à la société Cofiroute, à la Communauté d’Agglomération Saumur Val de Loire, au Département de Maine-et-Loire, à la Région des Pays de la Loire, mais également à la Préfecture de Maine-et-Loire, « afin que toutes les dispositions soient prises pour favoriser la réalisation de ce projet ».

Un nouvel échangeur, donc un nouveau pont sur la Loire ?

Lors de cette même séance, le comité syndical a évoqué un autre projet. Un projet conséquent qui pourrait bouleverser le paysage Saumurois, celui de la réalisation d’un nouveau pont sur la Loire à hauteur de Varennes-sur-Loire : « La Ville de Saumur, le Département de Maine-et-Loire et la Région des Pays de la Loire pourront en être également bénéficiaires si la mise en œuvre de cette nouvelle sortie sur l’A85 est prolongée par la réalisation d’un nouveau pont sur la Loire à hauteur de Varennes-sur-Loire, dont le centre-bourg sera contourné. Ainsi, ultérieurement, le réseau viaire du Saumurois ne pourra qu’être amélioré et bénéfique pour le tourisme et l’économie en général », ont expliqué les élus du SIVM du Pays Allonnais. Et selon les déclarations de Jérôme Harrault, ce mardi 3 juillet 2018, ce projet est effectivement d’actualité : « Il n’y a pas encore d’engagements pris, mais il y a bien une réflexion engagée sur la traversée de la Loire entre Varennes-sur-Loire et Saumur. Cela reste un embryon de projet qui, s’il se concrétise, entrera dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Il sera notamment à la charge du Département de Maine-et-Loire et de la société Cofiroute. On ne sait pas encore s’il s’agira de la construction d’un tout nouveau pont ou de l’élargissement de l’actuel pont de Varennes-Montsoreau, mais, dans tous les cas, il faudra bien trouver une solution. L’échangeur de Brain-sur-Allonnes, sur l’A85, engendrera un trafic beaucoup plus important et des difficultés pour traverser la Loire, mais aussi le centre-bourg de Varennes-sur-Loire. Actuellement, c’est impossible pour les poids lourds et les cars de traverser la Loire à cet endroit. Le pont actuel est beaucoup trop étroit ».

* Allonnes, Brain-sur-Allonnes, la Breille-les-Pins, Neuillé, Varennes-sur-Loire, Villebernier, Vivy.

Article du 03 juillet 2018 I Catégorie : Vie de la cité

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=44011

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Uncategorized