Archives de Tag: Chinon

-P- Le pont aux Nonains, ancien pont de Chinon instrument de débauche d’Henri II Plantagenêt.

« Henri II fit construire sur la Vienne prés de Chinon le pont aux Nonnains ainsi nommé dit-on parce que le roi le traversait souvent pour aller  voiir les religieuses de Fontevrault  dont la chasteté était véhémentement  soupçonnée Ce pont commémoratif  de ces excursions galantes existait encore il y a soixante ans ».

http://books.google.fr/books?id=hiyMkEm1Lk0C&pg=PA261&lpg=PA261&dq=FONTEVRAULT+BLESSE&source=bl&ots=WoiKaonyxp&sig=-NeywvZYlfzcyZ2keWRlsiRTnUc&hl=fr&sa=X&ei=YqsxU8-NN8nP0AWEt4DIAw&ved=0CDcQ6AEwAg#v=onepage&q=FONTEVRAULT%20BLESSE&f=false

«  Beaucoup pleuraient à le voir passer – dans sa bière , pour être inhumé à l’Abbaye royale – une dernière fois sur ce Pont aux Nonains, qu’en son amour pour le Moustier, il avait jeté sur la Vienne. »

Mémoires de la  société impériale d’agriculture,   sciences et arts d’Angers (Ancienne Académie d’Angers) nouvelle période  tome neuvième — première partie (1866)p. 232

http://archive.org/stream/memoiresdelasoci09agri/memoiresdelasoci09agri_djvu.txt

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 37

-P- Au droit de Chinon, un PEAGE sur la VIENNE au profit de l’ABBAYE DE FONTEVRAUD

Marchandises, animaux, personnes…. tout sur la Loire et ses affluents est taxé (on recensait 130 péages sur la Loire au XVe siècle). Sur la Vienne, le droit au profit de l’abbaye de Fontevraud est perçu à Chinon (37).

P. 74 du document intitulé  « Les activités économiques », document auquel conduit le lien ci-dessous :

http://www.donnees.centre.developpement-durable.gouv.fr/atlas/atlas_indre_loire/5_Partie_II_analyse_economique.PDF

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-I- Raoul de Chatellerault inhumé à Fontevraud début janvier 1190.

1064 : Raoul de Chatellerault ou de Monfort, devint le seigneur de Faye (La Vineuse)-37120- par son mariage avec Elisabeth, fille d’Aimery V. Il était par alliance l’oncle d’Aliénor d’Aquitaine dont il fut toute sa vie le protecteur fidèle et dévoué.

Mais lorsque vers 1172, Aliénor ayant quitté Henri II Plantagenêt pour lui soustraire le Poitou, celui-ci décida de récupérer l’épouse indocile et le Poitou, il ravagea par le feu toute la région comprise entre Poitiers et Faye. Aliénor et Raoul réfugiés à Faye durent s’enfuir. La reine fut arrêtée aux environs de Chinon, emprisonnée au château de la ville, puis à Falaise et mise en résidence surveillée en Angleterre. Raoul perdit son pouvoir, mourut le 1er janvier 1190 et fut inhumé à Fontevraud.

http://www.la-tour-menagee.com/lire/article_details.php?rubid=14

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-D- LE DON FONDATEUR de Gautier de MONTSOREAU à Robert d’ARBRISSEL.

Au début du XIème siècle, Montsoreau était un point stratégique militaire et un octroi sur le fleuve. C’est à cette époque que la Seigneurie de Montsoreau est apparue, au moment où la féodalité se développe en Touraine et en Anjou. A cette époque l’éperon rocheux de Montsoreau supportait une ancienne forteresse, le castrum de Monte Sorello, mentionné dans un document de 1089.

Cette forteresse appartenait alors à Guillaume de Montsoreau, époux de Hersende de Champagne, dont il eut un fils, Gautier. Fort pieux, celui-ci donna en 1101 à Robert d’Arbrissel des terres pour y édifier l’abbaye de Fontevraud, appelée à devenir le symbole de la puissance des Plantagenêt.

Les Seigneurs de Montsoreau sont alors des vassaux des Comtes d’Anjou et ils parviennent à étendre leur influence en particulier vers Chinon et le Chinonais.

http://www.37-online.net/chateaux/montsoreau.php

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-C- UNE IMPASSE PLANTAGENET A CHINON…

Une  impasse seulement pour les Plantagenêts en un tel lieu. La raison réside peut -être  dans les  lignes  placées sous la photo!

C’est en 1205,  après un siège de huit mois, que Philippe-Auguste a enlevé la place aux Plantagenêts.

Poster un commentaire

Classé dans Département 37

-N-Vers 1001-2001. NEUF CENTIEME ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE L’ABBAYE DE FONTEVRAUD.

5915

Porte romane du réfectoire des moniales récemment
mise à jour lors des travaux de restauration
(second tiers du XIIe siècle)
Collection du service archéologique départementalde Maine-et-Loire
© Service archéologique de Maine-et-Loire

C’est dans un vallon cerné par la forêt de Born au carrefour de l’Anjou, du Poitou et de la Touraine que l’abbaye de Fontevraud fut érigée en 1101. À peu de distance de la Loire, la cité monastique s’est développée au centre du triangle formé par les forteresses de Saumur, Chinon et Loudun.

Robert d’Arbrissel choisit pour s’y fixer ce lieu qui lui fut concédé par les seigneurs de Montsoreau et de Montreuil-Bellay. Le pape Urbain II lui avait donné en 1096 mandat d’être un  » semeur du verbe divin « . Son talent et son rayonnement d’évangéliste attirèrent autour de sa prédication itinérante une troupe hétéroclite de clercs et de laïcs, d’hommes et de femmes. Pressé par l’Église de sédentariser ce magma humain, Robert choisit un site qui relevait alors du diocèse de Poitiers dont l’évêque était un de ses amis.

Dans sa volonté de montrer que l’évangile était le même pour chacun -quels que soient son sexe, sa condition, son histoire – Robert créa un ordre double à la fois masculin et féminin. Une fois sédentarisé, il lui fallut organiser les différents groupes de la communauté qui vivaient sur le site. Le plan de la cité correspond à cette préoccupation : il comprend des bâtiments distincts destinés aux vierges, aux femmes veuves ou abandonnées, aux frères prêtres ou convers, aux personnes ayant en charge les lépreux.

Lorsque d’Arbrissel abandonna la direction de l’ordre, il voulut, décision révolutionnaire, qu’elle soit assurée par une femme.  » Dieu changea de sexe  » commenta plus tard Michelet.

Les traits essentiels de l’organisation spatiale de la cité résistèrent au temps. S’adjoignirent aux constructions existantes elles-mêmes remaniées, des bâtiments nouveaux destinés aux novices, aux moniales âgées, à l’administration de l’ordre qui essaima en France, en Angleterre et en Espagne.

L’histoire architecturale de l’Abbaye est mieux connue grâce aux récentes recherches archéologiques. L’abbatiale date de la première moitié du XIIe siècle : restaurée grâce à Magne (qui fut de 1902 à 1910 l’architecte chargé du monument) elle abrite les gisants Plantagenet voulus par Aliénor d’Aquitaine ; la cuisine romane est un exercice de style très élaboré où jouent l’octogone, le carré et le triangle ; des bâtiments conventuels apportent les uns un témoignage du début et du milieu du XVIe siècle et les autres du XVIIe. Quelques constructions datent du XVIIIe siècle dans la cour d’entrée pour l’abbesse et dans le jardin pour celles des filles de Louis XV qui y furent élevées.

À la Révolution, le domaine devient bien national et commence à tomber en ruine lorsqu’en 1804, Napoléon 1er signe le décret qui en fera une prison ouverte après dix ans de travaux.

Pour installer la centrale pénitentiaire, l’ingénieur chargé des travaux respecte les grandes masses de l’Abbaye. Parmi les adjonctions subsistantes, après deux siècles de remaniement, la poterne de la prison avec ses deux guichets à pointe de diamant encadrant une porte sévère flanquée de deux colonnes basses et massives.

C’est en 1963 que l’Abbaye est restituée au ministère de la culture qui en a confié la gestion au centre culturel de l’Ouest, association créée en 1975 et pilotée par la région des Pays-de-la-Loire.

Jean-Claude Groshens
Conseiller d’État
Membre du conseil d’administration du centre culturel de l’Ouest

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-20001/vie-politique-et-institutions/fondation-de-l-abbaye-de-fontevraud

Les lignes ci-dessus  sont  complêtées par la photo d’une Porte romane du réfectoire des moniales récemment ( NDLRB.  L’article ci-dessus a été écrit en 2001) mise à jour lors des travaux de restauration (second tiers du XIIe siècle)

Collection du service archéologique départemental de Maine-et-Loire
© Service archéologique de Maine-et-Loire

Poster un commentaire

Classé dans * Commémoration fontevriste, Département 37, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Département 86

-M- Dans le château de Chinon, LE SOUVENIR DE LA CHAPELLE SAINTE MELAINE où MOURUT HENRI II PLANTAGENET

Coté Nord du château du milieu de Chinon  se trouvait en particulier la Chapelle Sainte Melaine qui était la chapelle Royale du château.

Elle a été fondée au Xème siècle par les moines de l’ Abbaye de Bourgueil et sa construction a été achevée au 11ème siècle, elle se situait entre la Grande Salle et la Tour des Chiens. C’est dans cette chapelle que mourut Henri II Plantagenêt le 6 juillet 1189 ( selon la pierre ci-dessus). Son corps fut laissé à l’abandon par ses serviteurs, recouvert d’un simple manteau. Il fut ensuite transporté en l’abbaye de Fontevraud.

http://www.37-online.net/chateaux/chinon.php

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

-C- L’ARRIVEE DU CORPS DU DEFUNT ROI HENRI II PLANTAGENET A FONTEVRAUD.

Le corps du roi Henri II Plantagenêt , mort le 5  juillet 1189, revêtu des

ornements royaux, fut porté, par Guillaume le Maréchal et les barons, de

Chinon à Fontevrault.

….

Quand le corps fut arrivé à Fontevrault, les dames

du monastère vinrent au-devant en grande procession et le

reçurent comme leur seigneur, qui leur avait fait maint hon-

neur, et comme doit être reçu un si haut roi. Elles le veillèrent

la nuit, et plusieurs d’entre elles pleuraient à chaudes larmes,

priant  Dieu  d’avoir merci du roi Henri.

Full text of « L’Histoire de Guillaume le Maréchal, comte de Striguil et de Pembroke, régent d’Angleterre de 1216 à 1219; poème français, pub. pour la Société de l’histoire de Franc] par Paul Meyer »

http://www.archive.org/stream/lhistoiredeguill03meyeuoft/lhistoiredeguill03meyeuoft_djvu.txt

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-D- DERNIERES DEMEURES DES PLANTAGENET A FONTEVRAUD

Fontevrault

La cité bénédictine de Fontevrault (ou Fontevraud) a été fondée près de Saumur en 1099 par le fervent breton Robert d’Arbrissel.

Le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt, étant mort à Chinon pendant l’été 1189, est inhumé dans l’urgence à Fontevraud, non loin de là.  Aliénor d’Aquitaine se réfugie à la fin de sa vie à l’abbaye avant d’être inhumée à côté de son mari ainsi que de son fils, le roi Richard Coeur de Lion. Sa bru Isabelle d’Angoulême, épouse de Jean sans Terre, est également inhumée sur place.                                                                                                                        C’est ainsi que les Plantagenêts ont fait de Fontevrault leur dernière demeure. Ils reposent dans la crypte de l’église abbatiale pour l’éternité et chacun peut admirer leurs gisants polychromes dans la nef.

http://www.herodote.net/tombes3.php


			

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-N- A CHINON LE PONT DES NONES ou PONT DE LA NONAIN

Le premier pont sur la Vienne sis à Chinon (37) a été construit en bois par Henri II Plantagenet (1154-1189)  au XIIème siècle. Pendant longtemps il a comporté des échoppes de marchands. Il s’appelait alors Pont de la Nonnain ou Pont des Nonnes car l’ Abbaye de Fontevraud avait la concession des péages et en assurait l’entretien.          http://www.francebalade.com/valvienne/chinon.htm

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized