Archives de Catégorie: Département 33

-P- Pieta fontevriste abritée dans l’église de Talence (33400)

P1030517TALENCE 0
TALENCE ter

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Abbesses de l'Ordre, Département 33

Le prieuré de la Ramée (Talence-33400) et sa statue-une Piéta-miraculeuse.

TALENCE 0       Eglise Notre-Dame de Talence.  Vers le commencement du XIIe siècle, dit la tradition, la Vierge apparut à Talence, tenant sur ses genoux le corps inanimé de son fils Jèsus.

On construisit alors, sous le vocable de Notre-Dame de Rama (ramée ou ramure & des branchages, la région étant couverte de forêts) une chapelle liée au Prieuré des Monges (NDLRB. Des moines ) où, bientôt, les fidèles convergèrent pour honorer la Mère des Douleurs.

Ce fief était situé entre les rues actuelles du professeur Roux et Lamartine. Une Piéta du XVe siécle fut offerte à ce prieurè des Monges au XVIe siècle par les abbesses de Fontevrault – dont il dèpendait – qui  dèsiraient développer le culte nouveau de Notre-Dame de la Pitiè.

Durant la Guerre de Cent Ans, aux XIVe et XVe siècles, et lors des guerres de religion (fin du XVIe siècle), l’èglise fut saccagèe.

Cette Piéta fut retrouvée en dècembre 1729 par les enfants du gardien Mouliney, dans les ruines de la chapelle. Après avoir été vénérée dans la chapelle reconstruite par les habitants des environs et visitèe par de très nombreux pèlerins jusqu’à la révolution où la chapelle fut ( NDLRB. classiquement ) à nouveau détruite, et la statue miraculeuse cachèe dans une cave durant cette pèriode troublèe.

Guérison miraculeuse

Il fallait un édifice plus beau pour hèberger la Pièta à qui l’on attribua des milliers de miracles et de nombreuses grâces où Le 27 octobre 1820, nouvelle merveilleuse guèrison : Catherine Delage, chaisière de l’èglise Saint-Pierre à Bordeaux, atteinte d’une maladie très douloureuse est guérie. Les dons affluent. Six mois aprés, est posèe la première pierre de la future église

Saint-Pierre et deux ans plus tard le 4 mars 1823, la Pièta est transfèrée  solennellement dans son nouveau sanctuaire.

Mais, hélas, établies sur un sol mouvant, les fondations manquent de stabilité , à tel point que l’édifice devient dangereux. Dès 1835, devant l’imminence de sa ruine, il faut interdire son accès. Le culte et la statue seront transférés durant onze ans dans la maison d’une paroissienne, Mademoiselle de Marbotin, située à proximité. A partir de 1841, le curè et les fidèles de la paroisse, sous l’égide du cardinal Donnet, décidèrent de rebâtir un sanctuaire en son honneur sous le vocable de Notre-Dame de Talence, église consacrée en 1847, dans laquelle se trouve la Pièta. Depuis lors, si ce n’est une nouvelle cache durant l’occupation allemande, elle continue à être le centre de pélerinages (1) et de dévotions.

P1030512

Cette Pièta, qui a connu bien des pérégrinations sur la seule commune de Talence, est étonnante. Invoquèe sous des noms multiples, Notre-Dame de Pitié ou de compassion, mais aussi sous les titres de Notre-Dame des Sept douleurs, Notre-Dame de la Rame ou de Bon port protectrice des marins en danger, elle présentait encore rècemment, une singularité étonnante comme le montre la photo que nous a confièe le Père Jérome Couget. La main gauche de la Vierge possède en effet six doigts ! Le 14 août 1915, l’Èvéché de Quimper et de Léon répondait au curé de Talence : « Je suis persuadé que la cas de N.D de Talence est le fait de l’erreur d’un artiste sans arrière-pensée de symbolisme …  » .En l’absence d’archives rien ne permet de dater la sacrilège amputation mais ce fut postérieurement à 1946 que la main à six doigts, a été remplacèe par une main à cinq doigts. Une observation attentive, montre qu’outre la main, le bas de la manche gauche de la Vierge a été reconstituè.

Cette particularité de main sexdigitale n’est pas la seule connue, on a trouvé en effet, en 1937, à Pauvrelay, commune de Paulmy (Indre-et-Loire)-37350-, une statue anthropomorphe, en pierre, de l’Èpoque de la Téne (2), présentant cette difformité que l’on peut retrouver aussi dans la statuaire populaire du Moyen-Age.

(1) La grande procession de Notre-Dame de Talence a lieu tous les derniers dimanches du mois de mai.

(2)  http://antique.mrugala.net/Celte/Periode%20de%20la%20Tene.htm

Origine: http://www.sudouest.fr/2010/04/26/la-pieta-miraculeuse-75709-2780.php

Et encore:

http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-lettre-du-tramway-de-bordeaux-1-er-juin-20010-de-l-etrange-decouverte-du-prieure-fontevriste-de-talence-33-51584659.html

 

Poster un commentaire

Classé dans Abbesses de l'Ordre, Département 33

-N- Notes éparses sur le patrimoine de l’Abbaye royale conservées aux Archives départementales de Gironde

PAGE G :

1. Notes sur les fenêtres de la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye : «Arcs d’encadrement intérieur brisé, très brisés».

2. Coupe de la base d’ «une colonnette Nord»« de la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye.

3. Coupe d’une ogive des voûtes gothiques angevines de la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye.

4. Plan des tailloirs de l’ «entrée de l’abside»« du chevet de la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye.

5. Coupe d’un arc formeret de la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye.

6. Coupe d’un tailloir dans la chapelle Saint-Benoît de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye.

PAGE D :

1. Notes sur la chapelle du prieuré Saint-Lazare de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye : «Saint-Lazare. Vu le premier étage plus ancien que Saint-Benoît ; noter que départ des ogives a un petit socle et mur petite base. Les chapiteaux, buchés, sont plus archaïques qu’à Saint-Macaire, mais plus anciens ? C’est d’un art bien formé».

2. Notes sur l’église abbatiale Notre-Dame-du-Grand-Moûtier de l’Abbaye de Fontevraud à Fontevraud-l’Abbaye : «Eglise abbatiale – Ouest porte près de la façade au Sud, chapiteau et porte église. Frise sculptée = animaux montés sur d’autres – Coupoles ont-elles été ajoutées ? Piles = joints ne suivent pas ceux du mur ; extérieur, pas de décoration. Alternance de contreforts . Amorces coupoles. Je crois que piles maçonnées de façon à être moins compressibles que mur».

3. Notes sur un document inconnu, peut-être les notes ci-contre, à envoyer à une personne non identifiée : «Envoyer à M. Ursule Lasteyrie»

Etablissement de conservation : Archives départementales de la Gironde

72-78 cours Balguerie Stuttenberg 33300 Bordeaux

Téléphone : 05-56-99-66-00 Fax : 05-56-99-66-16

 Adresse mail : archives.gironde@cg33.fr

http://bnsa.patrimoines.aquitaine.fr/6-recherche.htm?mppListeNotices=50&idtf=6&searchString=%22Assistance+%C3%A0+personne+en+danger+-+Orientation+professionnelle%22&op=&cp=d41d8cd98f00b204e980&mp=10

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 33, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-A- A’liènor la socièté concessionnaire des 150 km de l’autoroute A 65 qui relie Langon (33210) à Pau a ses comptes dans le rouge;

Mise en service à la fin de l’année 2010, l’A 65, l’autoroute qui relie Langon à Pau, file un très mauvais coton. En 2012, A’liénor, la société concessionnaire de ce ruban de bitume long de 150 kilomètres, a accusé 35 millions d’euros de pertes. Autant qu’en 2011 et quasiment l’équivalent de son chiffre d’affaires de l’exercice. Alors que les actionnaires tablaient sur une augmentation de 18 % du trafic, celui-ci n’a progressé que de 4,3 %. Et le surcroît de recettes obtenu par des augmentations tarifaires (21,60 € désormais l’aller Langon-Pau) a été effacé par la hausse des charges.

Ces chiffres sont issus du rapport annuel de la concession qu’A’liénor est tenu d’adresser au Conseil régional d’Aquitaine et aux départements de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Ces quatre collectivités ont cautionné 405 des 900 millions d’euros empruntés par A’liénor pour financer cet équipement.

Poster un commentaire

Classé dans Département 33, Département 64

-B- BANDE DESSINEE sur ALIENOR D’AQUITAINE (2012)

Ce tome 1 est consacré à Aliénor d’Aquitaine.

Scénario : Simona MOGAVINO Arnaud DELALANDE

Dessin : Carlos GOMEZ

Couleurs : Claudia CHEC

Série : Reines de sang (Les)

Collection : HISTOIRE & HISTOIRES

Parution : 4 avril 2012

Série prévue en 3 tomes (chaque tome portera sur une reine)

RÉSUMÉ DE L’ÉPISODE

1137. Aliénor, duchesse d’Aquitaine, âgée d’une quinzaine d’années, devient reine de France *. Humiliée en public par sa belle-mère, traitée comme une enfant par le conseiller du roi, tenue à l’écart des affaires du royaume, la jeune femme fait le serment de prendre la place qui lui revient. Femme politique, intrigante, amoureuse perfide ou sublime, elle décidera du cours de l’Histoire.

http://www.bdgest.com/forum/les-reines-de-sang-alienor-magavino-delalande-gomez-t54980.html

* Le premier mariage de la reine d’Aliènor (Avec le roi de France Louis VII)  eut lieu à Bordeaux le 25 juillet 1137.  

Poster un commentaire

Classé dans Département 33

-F-FAC SIMILE DU GISANT D’ALIENOR D’AQUITAINE dans L’ABBATIALE SAINTE MARIE DE FONTEVRAULD au MUSEE D’AQUITAINE A BORDEAUX.

Fac-simile du gisant d’Aliénor d’Aquitaine  de l’Abbaye de Fontevraud au Musée d’Aquitaine http://webdoc.bnsa.aquitaine.fr/de-vignes-en-chateaux/swf/content_3histoire.swf

Photos grâce aux liens ci-dessous :                                                                         http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fac-similé_du_gisant_d’Aliénor_d’Aquitaine_-Musée_d’Aquitaine.jpg                                                                                                                     http://www.rahmi.fr/epoque-medievale-et-renaissance.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 33, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-M- MARTIGNAS-SUR-JALE (33127) possède un COLLEGE ALIENOR D’AQUITAINE.

Remise de prix au collège Aliénor d’Aquitaine de Martignas-surJalle

Dirigé par le principal Jean François Boulagnon, le collège Aliénor d’Aquitaine compte près de 400 élèves. Parmi eux, plusieurs ont participé à des concours sportifs ou culturels et 82 collégiens ont été récompensés pour leur résultat. Lundi après-midi, pour la 1e fois, le principal a organisé une petite cérémonie pour la remise des prix aux élèves concernés.

http://webetab.ac-bordeaux.fr/clgalienoraquitainemartignas/

http://merignac.blogs.sudouest.fr/archive/2012/06/28/remise-de-prix-au-college-alienor-d-aquitaine-de-martignas.html#xtor=EPR-260-%5BNewsletter%5D-20120629-%5Btop_des_blogs%5D

Une intéressante historique  de la vie de l’ héritière d’Aquitaine, reine de France puis d’Angleterre  grâce  au lien suivant:   http://webetab.ac-bordeaux.fr/clgalienoraquitainemartignas/index.php?id=3375

Poster un commentaire

Classé dans Département 33

-P- PLANTAGENETS .Topographie, QUELQUES HOMMAGES SUR LE TERRAIN aux Plantagenêts

Quelques  rues,  voies  et places.

Belin-Beliet (33) . Avenue Plantagenêt

Belin-Beliet (33) . Allée Plantagenêt

Chinon (37) . Place Plantagenêt

Chinon (37) . Impasse Plantagenêt

Saint- Brévin-les-Pins  (44) . Avenue Plantagenêt

Angers (49).  Rue Plantagenêt

Beaufort -en -vallée  (49). Avenue Plantagenêt

Fontevraud l’Abbaye (49). Impasse Plantagenêts

Fontevraud l’Abbaye (49). Place des Plantagenêts      http://www.fontevraud-abbaye.fr/la_mairie.htm

La Menitré (49). Rue des Plantagenêts

Saint-Jean-de-Linières (32). Place des Plantagenêts

Saumur (49). Rue des Plantagenêts

Bourg-le-Roi (72). Rue des Plantagenêts

Rouen  (78). Rue Plantagenêt

Limoges (87). Allée des Plantagenêts

—–

Montréal (Canada) . Avenue Plantagenêt

Le vieux quartier  du Mans a été nommé en 2003  » cité Plantagenêt » http://www.lemans.fr/page.do?t=2&uuid=85C386A4-7F000001-71AFCE84-E5CF5967

La voie des Plantagenêts (245 km) .                                                                                              Aller à Saint Jacques de Compostelle en passant par les chemins de Saint-Michel et de Saint Martin en Anjou.                                                      http://f4awz.free.fr/site01/index.php?option=com_content&view=category&id=90&Itemid=241

Hôtels et Restaurants                                                                                                              Chinon(37)                                                                                                                                      Angers (49)                                                                                                                                     Fontevraud l’Abbaye (49).                                                                                                                   —–                                                                                                                                                                             Plantagenêt  house restaurant :  Tenby, Pays de Galles, Royaume-Uni.

Commerces                                                                                                                                    Angers (49).  Commerce en gros de  boissons. « le caveau des Plantagenêts »

Et aussi :                                                                                                                                      Residence pour personnes âgées « les Plantagenets » à Chateau-Landon (77)                     La Rame 13 du tramway du Mans  porte le nom de « Plantagenêt ».

Poster un commentaire

Classé dans Département 33, Département 37, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-R- Ne pas confondre le PRIEURE FONTEVRISTE DE LA RAME(33210) et l’IMPLANTATION FONTEVRISTE DE LA RAMéE (33400).

Prieuré  fontevriste de La Rame,  commune de Roaillan (33210)

NDLRB. L’auteur de l’analyse référencée  ci-dessous situe  ce prieuré dans une autre  commune  (Mazères) mais qui est dotée du même  code postal.                                                      La Rame (Hors Règle) 33210 Commune de Mazères . Canton de Langon    http://grandmont.pagesperso-orange.fr/prieures_fontevristes.htm

Couvent situé sur le bord du ruisseau  Brion * au Nord de Langon, de l’autre côté de la Garonne,au pied d’une colline ,  route de Roaillan dépendait alors de Langon. Actuellement  ce lieu fait partie de la commune de Roaillan sise à une  cinquantaine de km de Bordeaux, non loin de Bazas

* Ruisseau de 13 km de longueur, large de 2 à 3 m. Se jette dans la Garonne à proximité immédiate de Langon

Couvent fondé par Eléonore de Guyenne en vue probablement d’expier les fautes de sa jeunesse Bâti vers 1130, il est occupé par les religieuses de l’ordre de Fontevrault. Cet ordre possédait 14 couvents en Aquitaine et 53 en France.

En 1308, Amadieu (ou Amanieu) de Lamothe meurt à Toulouse, il est inhumé dans le couvent de la Rame . Amadieu était marié à Elepide de Got, fille d’Arnaud Garcia de Got frère de Clément V.

En 1635, la princesse Louise de Bourbon-Lavedan, bbesse de l’Ordre, afferma à M. Partarrieu, bourgeois de Langon, tous les droits, fiefs, revenus de cette maison, pour 132 F.(?)  par an.

L’église du couvent était orientée ouest – est, une épaisse muraille entoure l’enclos. Il ne reste de nos jours que les traces des fondations des bâtiments. Proche du couvent au nord – ouest, un moulin actuellement abandonné.

http://www.vallee-du-ciron.com/Documents/Ouvrages/LangonBancheraud/LangonBancheraud.htm

Implantation fontevriste de la  Ramée (Talence .33400)

Il n’est sans doute pas possible de parler de « prieuré «  à propos de cette implantation  même si l’expression de prieuré est parfois employé comme dans  cet article de sud-Ouest ; « Prieuré des Monges » http://www.sudouest.fr/2010/04/26/la-pieta-miraculeuse-75709-2780.php

La liste  des prieurés fontevristes  dressée par le professeur Bienvenu ne le mentionne d ‘ailleurs pas.

Pour autant, on lit aussi http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2010/08/30/18935494.html  que  l’origine de la chapelle de la Rame est plus certainement due à un prieuré de moniales dédié à la Vierge Marie, qui attirait des pèlerins heureux de s’unir à la prière des religieuses de Notre-Dame. Il est en tout cas certain qu’ XVIème siècle, la chapelle est restaurée par l’abbaye de Fontevrault en Anjou qui y fait don de la statue que nous connaissons aujourd’hui. La  confusion entre prieuré et implantation  a pu alors s’en ytrouver facilitée.

Il paraît donc  sans doute  préférable de parler à propos de la Ramée  d’un implantation fontevriste  ou d’un bien exploité  au bénéfice des fontevristes.

Vers le commencement du XIIe siècle, dit la tradition, la Vierge apparut) à Talence, tenant sur ses genoux le corps inanimé de son fils jésus.

On construisit alors, sous le vocable de Notre-Dame de Rama (ramée ou ramure & des branchages, la région étant couverte de forêts) une chapelle liée au Prieuré des Monges (NDLRB. Des moines) où, bientôt, les fidèles convergèrent pour honorer la Mère des Douleurs.

Ce fief était situé entre les rues actuelles du professeur Roux et Lamartine. Une Piéta du XVe siécle fut offerte à ce prieuré des Monges au XVIe siècle par les abbesses de Fontevrault – dont il dépendait – qui désiraient développer le culte nouveau de Notre-Dame de la Pitiè.

Durant la Guerre de Cent Ans, aux XIVe et XVe siècles, et lors des guerres de religion (fin du XVIe siècle), l’église fut saccagée.

Cette Piéta fut retrouvée en décembre 1729 par les enfants du gardien Mouliney, dans les ruines de la chapelle. Après avoir été vénérée  dans la chapelle reconstruite par les habitants des environs et visitèe par de très nombreux pèlerins jusqu’à la révolution où la chapelle fut   ( NDLRB. classiquement ,sic) à nouveau détruite, et la statue miraculeuse cachèe dans une cave durant cette pèriode troublèe.

Guérison miraculeuse                                                                                                                Il fallait un édifice plus beau pour héberger la Pièta à qui l’on attribua des milliers de miracles et de nombreuses grâces où Le 27 octobre 1820, nouvelle merveilleuse guérison : Catherine Delage, chaisière de l’église Saint-Pierre à Bordeaux, atteinte d’une maladie très douloureuse est guérie. Les dons affluent. Six mois après, est posée la première pierre de la future église Saint-Pierre et deux ans plus tard le 4 mars 1823, la piéta est transférée solennellement dans son nouveau sanctuaire.

Mais, hélas, établies sur un sol mouvant, les fondations manquent de stabilité  , à tel point que l’édifice devient dangereux. Dès 1835, devant l’imminence de sa ruine, il faut interdire son accès. Le culte et la statue seront transférés durant onze ans dans la maison d’une paroissienne, Mademoiselle de Marbotin, située à  proximité. A partir de 1841, le curé et les fidèles de la paroisse, sous l’égide du cardinal Donnet, décidèrent de rebâtir un sanctuaire en son honneur sous le vocable de Notre-Dame de Talence, église consacrée en 1847, dans laquelle se trouve la piéta. Depuis lors, si ce n’est une nouvelle cache durant l’occupation allemande, elle continue à être le centre de pèlerinages (1) et de dévotions.

Cette piéta, qui a connu bien des pérégrinations sur la seule commune de Talence, est étonnante. Invoquèe sous des noms multiples, Notre-Dame de Pitié ou de compassion, mais aussi sous les titres de Notre-Dame des Sept douleurs, Notre-Dame de la Rame ou de Bon port protectrice des marins en danger, elle présentait encore récemment, une singularité étonnante comme le montre la photo que nous a confiée le Père Jérome Couget. La main gauche de la Vierge possède en effet six doigts ! Le 14 août 1915, l’Èvéché  de Quimper et de Léon répondait au curé  de Talence : «  Je suis persuadé que la cas de N.D de Talence est le fait de l’erreur d’un artiste sans arrière-pensée de symbolisme …   » .En l’absence d’archives rien ne permet de dater la sacrilège amputation mais ce fut postérieurement à 1946 que la main à six doigts, a été remplacée par une main à cinq doigts. Une observation attentive, montre qu’outre la main, le bas de la manche gauche de la Vierge a été  reconstitué.

Cette particularité de main sexdigitale n’est pas la seule connue, on a trouvé en effet, en 1937, à  Pauvrelay, commune de Paulmy (Indre-et-Loire)-37350-, une statue anthropomorphe, en pierre, de l’époque de la Téne (2), présentant cette difformité que l’on peut retrouver aussi dans la statuaire populaire du Moyen-Age.

(1) La grande procession de Notre-Dame de Talence a lieu tous les derniers dimanches du mois de mai.

(2) http://antique.mrugala.net/Celte/Periode%20de%20la%20Tene.htm

Origine

http://www.sudouest.fr/2010/04/26/la-pieta-miraculeuse-75709-2780.php

4 Commentaires

Classé dans Département 33

-N- NEUVAINE A NOTRE-DAME-DE-TALENCE (33400) du 7 au 15 septembre

 

25659801_p

Notre Dame de Pitié est vénérée à Talence depuis le XIIème siècle. La tradition raconte que, dans la fôret qui entourait au midi les murs de Bordeaux, la Vierge Marie apparut tenant sur ses genoux, le corps inanimé de son fils Jésus. On construisit alors, sous le vocable de Notre-Dame de la Rame une chapelle où bientôt les fidèles accoururent pout honorer la Mère des Douleurs. Mais, l’origine de la chapelle de la Rame est plus certainement due à un prieuré de moniales dédié à la Vierge Marie, qui attirait des pèlerins heureux de s’unir à la prière des religieuses de Notre-Dame. Au XVIe  siècle, la chapelle est restaurée par l’abbaye de Fontevrault en Anjou qui y fait don de la statue que nous connaissons aujourd’hui.

  • Premier jour: La Présentation de Jésus au Temple  
  • Deuxième jour : La fuite en Égypte    
  •  Troisième jour: La disparition de Jésus 
  • Quatrième jour: Marie voit Son Fils chargé de la Croix                                                                                                   
  • Cinquième jour: Marie contemplant la souffrance et le décès de Jésus sur la Croix                                              
  •  Sixième jour: Marie accueille Son Fils mort dans ses bras lors de la descente de la Croix                                  
  • Septième jour :Marie accompagne le Corps de Son Fils lors de la mise au Tombeau                                            
  •  Huitième jour : L’Assomption de la Sainte Vierge                                                                                                            
  • Neuvième jour : Le Couronnement de la Vierge Marie
  • http://imagessaintes.canalblog.com/tag/Neuvaine/p30-0.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 33, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud