Archives de Tag: Maison centrale de fontevraud

-V- Vandalisme en France, lettre à M. Victor Hugo Charles de Montalembert

Revue des Deux Mondes T.1, 1833

Le pouvoir d’aujourd’hui a donc renchéri sur ses prédécesseurs, qui, du reste, l’ont dignement précédé dans la carrière. Les ravages que je vais vous dévoiler doivent principalement leur être imputés. Figurez-vous Fontevrault, la célèbre, la royale, l’historique abbaye de Fontevrault, dont le nom se trouve presque à chaque page de nos chroniques des onzième et douzième siècles ; Fontevrault, qui a eu quatorze princesses de sang royal pour abbesses, et où ont été dormir tant de générations de rois, qu’on lui a donné le nom deCimetière des Rois ; Fontevrault, merveille d’architecture avec ses cinq églises, et ses cloîtres à perte de vue, aujourd’hui flétrie du nom de maison centrale de détention. Et si l’on s’était encore borné à lui assigner cette misérable destination ! Mais ce n’est pas tout ; pour la rendre digne de son sort nouveau, on a tout détruit ; ses cloîtres ont été bloqués, ses immenses dortoirs, ses réfectoires, ses parloirs, rendus méconnaissables ; ses cinq églises détruites ( NDLRB . La  vérité est aujourd’hui  différente, seul Saint Jean de l’Habit a été intégralement  rasée, les soubassements de Sainte Marie-Madeleine ont été retrouvés en 2014; Ste Marie  a retrouvé  sa splendeur  de même que Saint Benoît . St Lazare est intacte ou du moins les structures qui y ont été implantés sont réversibles) ;   ; la première et la principale, belle et haute comme une cathédrale, n’a pas même été respectée ; la nef entière a été divisée en trois ou quatre étages et métamorphosée en ateliers et en chambrées. On a bien voulu laisser le chœur à son usage primitif, et il serait encore admirable de pureté et d’élévation, si les vandales, non contens d’en avoir brisé tous les vitraux, ne l’avaient encore couvert, depuis la voûte jusqu’au pavé, d’un plâtras tellement épais, tellement copieux, qu’il est, je vous assure, fort difficile de distinguer la forme des pleins-cintres des galeries supérieures. On est aveuglé par la blancheur éblouissante de ce plâtras ; il a été appliqué pendant la restauration. Les seuls débris duCimetière des Rois, les quatre statues inappréciables de Henri II d’Angleterre, de sa femme Éléonore de Guienne, de Richard Cœur-de-Lion, et d’Isabelle, femme de Jean-sans-Terre, gisent dans une sorte de trou voisin. La fameusetour d’Evrault, malgré tous les efforts des antiquaires du pays pour la faire respecter en considération de son origine païenne, a été livrée aux batteurs de chanvre ; la poussière a confondu tous les ornemens et tous les contours de son intérieur en une seule masse noirâtre ; et sa voûte octogone, qui offre des particularités de construction unique, ne peut manquer de s’écrouler bientôt, grâce à l’ébranlement perpétuel que produit cette opération.

….

Les longs souvenirs font les grands peuples. La mémoire du passé ne devient importune que lorsque la conscience du présent est honteuse. Ce sera dans nos annales une bien triste page, que ce divorce prononcé contre tout ce que nos pères nous ont laissé pour nous rappeler leurs mœurs, leurs affections, leurs croyances. Rien de plus naturel que ce divorce dans le premier moment de la réaction populaire contre l’ancien ordre social et politique ; mais y persévérer après la victoire, y persévérer avec récidive en face de l’Europe surprise et dédaigneuse, immoler aux préjugés les plus arriérés ce qui fait le charme d’une patrie et la gloire de l’art, c’est un crime national dont il n’y a pas d’exemple dans l’histoire. J’ignore quelle peine la postérité infligera à ce mépris stupide que nous tirons de notre nullité moderne, pour le lancer à la figure des chefs-d’œuvre de nos pères ; mais cette peine sera grave et dure. Nous la mériterons, non-seulement par nos pauvres de destruction, mais encore par les vils usages auxquels nous consacrons ce que nous daignons laisser debout. Le Mont Saint-Michel, Fontevrault, Saint-Augustin-lez-Limoges, Clairvaux, ces gigantesques témoignages du génie et de la patience du moyen âge, n’ont pas eu, il est vrai, le sort de Cluny et de Citeaux ; mais le leur n’est-il pas encore plus honteux, et ne vaudrait-il pas mieux pouvoir errer sur les débris de ces célèbres abbayes que les voir, toutes flétries et mutilées, changées en honteuses prisons, et devenir le repaire du crime et des vices les plus monstrueux, après avoir été l’asile de la douleur et de la science ? Croira-t-on dans l’avenir que, pour inspirer à des Français quelque intérêt pour les souvenirs d’un culte qu’ils ont professé pendant quatorze siècles, il faille démentir leur origine et leur destination sacrée ? II en est ainsi cependant. On ne parvient à fléchir les divans provinciaux, les savans de l’empire, qu’en invoquant le respect dû au paganisme. Si vous pouvez leur faire croire qu’une église du genre anté-gothique a été consacrée à quelque dieu romain, ils vous promettront leur protection, ouvriront leurs bourses, tailleront même leur plume pour honorer votre découverte d’une dissertation. On n’en finirait pas si l’on voulait énumérer toutes les églises romanes, qui doivent la tolérance qu’on leur accorde à cette ingénieuse croyance. Je ne veux citer que la cathédrale d’Angoulême dont l’unique et inappréciable façade n’a été conservée que parce qu’il a été gravement établi que le bas-relief du père éternel qui y figure entre les symboles consacrés des quatre évangélistes, était une représentation de Jupiter. On lit encore sur la frise du portail de cette cathédrale : TEMPLE DE LA RAISON.

http://fr.wikisource.org/wiki/Vandalisme_en_France,_lettre_%C3%A0_M._Victor_Hugo

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-P- Plan du Domaine de Mestré vers 1845-1850

plan-du-milieu-du-XIXe-siecle

Pour le Troisième* , c’est un plan bien plus détaillé et qui correspond à la
période où le bâtiment est utilisé comme colonie pénitentiaire par
l’administration carcérale de la Maison centrale de détention de Fontevraud,
vers 1845-1850. On y voit le Domaine baillé par M. Casimir Bruneau à la
Maison centrale (Mr Bruneau, un de nos ancêtre, refusera de vendre à la Maison
centrale. Quittant Saumur il reviendra habiter Mestré…).

Les bassins et canaux sont en place. Ce document correspond assez bien à
celui que nous avons (le Premier), avec les mêmes jardins dessinés à la
française, la même présentation du Domaine : tout y est, jusqu’au liseré qui
encadre le dessin.

http://www.domaine-de-mestre.com/blog.html#.VM5BpBzP-2k

* Pour  voir les deux premiers plans, merci d’activer le lien immédiatement ci-dessus.

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-L- La « limace »; chemise en toile fabriquée à la Centrale de Fontevraud, mais si rude qu’elle écorchait la peau des prisonniers.

Les vêtements et le linge des prisonniers sont aussi fournis par l’administration; ce sont des chaussons et des sabots, un pantalon une veste un bonnet de drap grisâtre d’aspect singulièrement triste ; tous les mois une paire de draps et tous les huit jours une chemise en toile solide et résistante , mais si dure pour la nomme la limace ; en effet lorsqu’elle est neuve elle rape comme une lime et plus d’une peau a saigné au contact de cette étoffe rêche qui paraît avoir quelque chose de métallique * .

* Ces toiles venaient de la maison centrale de Fontevrault ; prises aujourd’hui dans le commerce, elles sont moins rude et d’un premier usage moins pénible.

Les prisons de Paris p. 607. Revue des Deux Mondes – 1869 – tome 83.

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Revue_des_Deux_Mondes_-_1869_-_tome_83.djvu/613

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-C- La maison centrale de Fontevraud vue d’une des collines la surplombant.

15_28

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=21468

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-C- Archives de la Creuse. Registre d’écrou de la Maison centrale de détention de Fontevraud-l’Abbaye. Détenu Guillaume Romanet

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CREUSE

1J : Pièces isolées et petits fonds – 1 –

DOCUMENTS ENTRES PAR VOIE EXTRAORDINAIRE ET FONDS SPECIAUX, PIECES ISOLEES ET PETITS FONDS

Répertoire numérique

Etabli par

Gaëlle PIROT, adjoint du patrimoine

Et publié sous la direction d’Isabelle MAURIN-JOFFRE, de Nicolas DOHRMANN, de Joseph SCHMAUCH, de Gabriel POISSON, de Pascal BUGAT Directeur des Archives départementales de la Creuse.

Instrument de recherche publié en ligne avec le visa scientifique et technique de la Direction des Archives de France (17 juin 2009)

Archives départementales de la Creuse, Guéret, 2014

1J 494 Registre d’écrou de la Maison centrale de détention de Fontevraud-l’Abbaye : n° 6151

sur la condamnation et libération de Guillaume Romanet (1828-1831)

Don Albert Foare 1 pièce papier..Fontevraud-l’Abbaye (Maine-et-Loire). Entrée n° 2669 du 6 juin 1997

 

archives.creuse.fr/arkotheque/client/ad_creuse/_…/fichier-1j_doc.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-P- A pied de Vannes à Rome en passant par Fontevraud

Fontevraud

Départ à 10h de Saumur

Je fais un détour, mon but pour ce soir étant Chinon, car je suis proche de l’abbaye de Fontevraud.

15h30 – 19 km

(il en reste 20 pour Chinon, mais je décide de visiter l’abbaye, et finalement j’y reste en chambre d’hôte et je m’ instruis sur l’histoire de cette abbaye.. qui est devenu un centre pénitencier, le plus dur de France de 1800 à 1961, avec des conditions de vie scandaleuses qui furent dénoncées par un célèbre pensionnaire : Jean Genet.

http://vannes-rome.blogspot.fr/2010/09/j16-de-saumur-fontevraud.html

NDLRB. Comme on le sait et  contrairement à une légende tenace , Jean Genet – qui était loin d’être un ange- ne fut jamais prisonnier à Fontevraud

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-P- Le pénitencier de Fontevraud vu par un regard extérieur

NDLRB.  Le post  ci-dessous reproduit la couverture du livre.

IMPRESSIONS ET SOUVENIRS

D’UNE

VISITE AU PENITENCIER DE FONTEVRAULT

PRECEDE ET ACCOMPAGNE DE REFLEXION RELIGIEUSE ET

MORALE SUR LE NOUVEAU SYSTEME PENITENTIAIRE,

AVEC INEDITS SUR L’ORIGINE ET L’EXISTENCE

DE CETTE ANTIQUE ET CELEBRE ABBAYE

par le Vicomte Alexandre de D…

Paris

1842

http://books.google.fr/books?id=mQpBAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=fontevrault&hl=fr&sa=X&ei=beffU-3JPKe_0QWr44HgDw&ved=0CCEQ6AEwAA#v=onepage&q=fontevrault&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-P-L’abbaye de Fontevraud va revisiter son passé pénitentiaire (1804-1963) en 2014

labbaye-de-fontevraud-va-revisiter-son-passe-penitentiaire-en-2014-1

Cette année encore, les enfants et leurs familles trouveront à l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire) une place privilégiée avec notamment plusieurs rendez-vous autour de l’univers de Grégoire Solotareff, illustrateur renommé de la littérature jeunesse.

Outre ces tendres moments en perspective, l’abbaye commémorera un passage en revanche plus sombre de son existence, avec le bicentenaire de la naissance de la prison de Fontevraud. De quelle façon se remémorer une période obscure de son existence ? Telle sera la thématique de cette commémoration, au coeur d’une saison culturelle qui a débuté le samedi 22 mars, à 18 h, par un concert de Rodolphe Burger.

http://www.ouest-france.fr/labbaye-de-fontevraud-va-revisiter-son-passe-penitentiaire-en-2014-1927959

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-A- Ange soleil, le sinistre « prévôt » de la Maison centrale « nouveau bagne » vu par Jean Genêt.

Ange Soleil, le sinistre « prévôt » du « nouveau bagne ». La maison centrale de Fontevrault au milieu du XXème ( Jean-Claude Vimont)

26 février 2014

Jean-Claude Vimont

Police magazine. 1939. Reportage sur la maison centrale de Fontevrault

po13-300x123

Jean Genet n’a jamais été incarcéré dans la maison centrale de Fontevrault. Pourtant Le Miracle de la rose évoquait la sombre prison du Maine-et-Loire : « De toutes les centrales de France, Fontevrault est la plus troublante. C’est elle qui m’a donné la plus forte impression de détresse et de désolation, et je sais que les détenus qui ont connu d’autres prisons, ont éprouvé, à l’entendre nommer même, une émotion et une souffrance comparable ». Dans la dédicace de Notre-Dame-des-Fleurs, Genet mentionnait  l’assassin Ange Soleil aux côtés d’autres célèbres criminels des années trente et ajoutait : « C’est en l’honneur de leurs crimes que j’écris mon livre ». Ange Soleil – « le nègre Ange Soleil avait tué sa maîtresse », écrivait Genet – fut pendant une dizaine d’années l’un des prévôts-comptables de la maison centrale et fut cité dans plusieurs témoignages de détenus. Ces deux œuvres furent rédigées durant les années d’incarcération de Genet, publiées en 1944 et 1946. Réalité et fiction se mêlent au point que le Centre culturel de l’Ouest qui est installé dans l’Abbaye a fait de Jean Genet une « figure centrale » du lieu.

……..

http://criminocorpus.hypotheses.org/7097

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-V-Le vandalisme en France ; l’exemple de l’abbaye royale de Fontevraud.

NDLRB. La numérisation a parfois dégradé le texte initial. Certains des dégats justement stigmatisés ici ont été réparés ( Mais on n’a pas reconstruit !)  Pour autant, le témoignage demeure.

Les Goths eux-mêmes, les Oslrogolhs n’en taisaient pas Uni!. L’histoire ilous a conservé le mémorable décret de leur roi

Théodoric, qui ordonne à ses sujets vainqueurs de respecter scrupuleusement tous les monumens civils et religieux de l’Ita-

lie conquise.

Ces faits que je viens de citer me rappellent que je dois vous  faire connaître quelques-uns de ceux que j’ai recueillis pendant

mes rapides courses dans le midi….

 

Figurez-vous Fonlevrault. la célèbre j la royale, riilsloriqncabbaye de Fontevrault, dont le nom se trouve presque à

chaque page de nos chroniques des onzième et douzièmesiècles ; Fontevrault , qui a eu quatorze princesses de sang royal

pour abbesses, et où ont été dormir tant de générations de rois, qu’on lui a donné le nom de Cimetière des Rois; Fontevrault,

merveille d’architecture avec ses cinq églises, et ses cloîtres à pertes de vue, aujourd’hui flétrie du nom de maison centrale de

détention. Et si l’on s’était encore borné à lui assigner cette mi-sérable destination ! Mais ce n’est pas tout ; pour la rendre

digne de son sort nouveau, on a tout détruit ; ses cloîtres ont été bloqués, ses immenses dortoirs, ses réfectoires, ses parloirs,

rendus méconnaissables; ses cinq églises détruites; la première et la principale, belle et haute comme une cathédrale, n’a pas

même été respectée; la nef entière a été divisée en trois ou quatre étages et naétamorphosée en ateliers et en chambrées.

On a bien voulu laisser le chœur à son usage primitif, et il serait encore admirable de pureté et d’élévation, si les vandales,

non contens d’en avoir brisé tous les vitraux, ne l’avaient encore couvert, depuis la voûte jusqu’au pavé, d’un plâtras telle-

ment épais, tellement copieux, qu’il est, je vous assure, fortdilîicile de distinguer la forme des pleins cintres des galeries su-

péiieures. On est aveuglé par la blancheur éblouissante de ce plâtras; il a été appliqué pendant la restauration. Les seuls àè-

bris du Cmu'</«/c des rvis , les quatre statues inappréciables deHenri II d’Angleterre, de sa femme Éléonore de Guienne (

NDLRB. Aliénor d’Aquitaine), de Richard Gœur-de-Lion , et d’Isabelle , femme de Jean sans-Terre, gisent dujs une sorte de

trou voisin. La fameuse tour d’Evrault ( NDLRB. les cuisines), malgré tous les efforts des anti(|uaires du pays pour la faire

respecter, encon&idéralion de sou origine païenne, a été livrée aux batteurs de chanvre; la poussière a confondu tous les

ornemens et tous les contours de son intérieur en une  seule masse noirâtre; et sa voûte octogone, qui offre des particularités

de constructionunique, ne peut manquer de s’écrouler bientôt, grâce à l’ébranlement perpétuel que produit celle opération.

 

http://archive.org/stream/annalesdephiloso06pari/annalesdephiloso06pari_djvu.txt

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye