Archives de Tag: Jean sans terre

Le Jugement dernier exposé dans l’Abbaye royale de Fontevraud

Cet ensemble sculpté en haut-relief mesure 1,30 m sur 60 cm et 35 cm de profondeur. Il est installé dans la chapelle des morts, au centre de l’aile orientale de la cour Saint-Benoît.

NDLRB . L’oeuvre d’art est maintenant présentée dans le Trésor, ancienne salle de Communauté de l’Abbaye.
Il s’agit d’un Jugement dernier, avec son cortège de saints et de damnés, de part et d’autre d’un Christ en gloire. Cet ensemble monumental a dû être abrité sous un porche à l’entrée de l’abbatiale. En fait, seul un cinquième de l’oeuvre est exposé.

La partie reconstituée témoigne d’une grande virtuosité. Le savoir-faire du sculpteur éclate dans des morceaux de bravoure : les jambes de plusieurs personnages ont été complètement détachées du bloc de tuffeau blanc.

Des encoches pratiquées sur l’épaule de deux bienheureux indiquent que les bras correspondants ont été sculptés à part puis ajustés. Des traces de polychromie subsistent : noir et or, rouge et ocre.

La qualité de ce Jugement dernier est unique : c’est une passionnante découverte à mettre au catalogue des grandes ouvres sculptées du Moyen Âge, à la frontière de l’art roman et du gothique.

Dans un premier temps, on a daté l’oeuvre du début du XIIIe siècle. Mais un texte mentionne le Jugement dernier de Fontevraud à une date antérieure : dans la biographie de Saint Hugues de Lincoln, on relate le passage à Fontevraud du saint et de Jean-Sans-Terre, au lendemain de la mort de Richard Coeur-de-Lion, en 1199. A l’entrée de l’abbatiale, le saint homme fait observer au monarque la présence de rois parmi les réprouvés et le sermonne sur ses fautes passées. Mais Jean désigne d’autres rois humbles et doux, joyeusement conduits aux cieux par des anges et déclare qu’il suivra leur exemple. S’il s’agit bien de la même oeuvre, le Jugement dernier de Fontevraud serait donc antérieur à 1199.

http://www.genealogie.com/v4/forums/recherches-genealogiques-revoyons-nos-departements-en-attendant-t1128561-p27.html

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-E- Comment Aliénor d’AQUITAINE échappa à l’encerclement dans le donjon de la MOTTE FEODALE de MIREBEAU (86110)

   Reste du soubassement  de  la motte féodale du château de MirebeauP1060077

« Mais Aliénor  retirée  dans le château de Mirebeau dont  faisait le  siège Arthur refusa de capituler. ; elle trouva même le moyen  de faire avertir  son fils  jean –sans-terre de sa position, ; du danger qu’elle courait , et des conséquences qu’entrainait  sa  captivité. Jean, pour cette  fois, sortit  de son apathie accoutumée. Il partit de nuit , afin d’êviter d’être  aperçu par les troupes qui venaient rejoindre arttur et il arriva devant Mirebeau  avec des forces supérizeures, quand ont on le croyait encore  en Normandie. Ainsi le jeune duc de bretgne , Arthur,  qui assiégeait  sa  grand-mère se trouva lui même assiégé par  son oncle.

….

Guillaume des Roches , persuadé  (NDLRB. Bien à tort hélas) qu’il travaillait  à ramener la famille royle  d’Angleterre  à des sentiments de paix et  de  concorde, parvint à s’aboucher  avec quelques  habitans de la vill de Mirebeau, qui l’introduisirent dans la place, lui et ses troupes au milieu dela nuit. Les partisans d’Arthur furent surpris dans leur premier  sommeil et  faits prisonniers. La reine Aliénor était libre. ceci se passait le 1 er août 1202

p. 238 de l’Histoire des rois et des ducs de Bretagne, Volume 2 par Prudence-Guillaume de baron Roujoux ; 1839

http://books.google.fr/books?id=UnJSAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-C- Le COEUR d’HENRI III PLANTAGENET serait INHUME EN L’ABBAYE ROYALE

Henri III, denier Plantagenêt franco-français  est né en 1207, il est le fils de Jean sans Terre  et d’Isabelle d’Angoulême. Il est roi d’Angleterre et duc  d’Aquitaine en 1216, à la mort de son père, il n’a que 9 ans. Il s’est marié en 1236 avec Eléonore de Provence.

Aimé de Soland rapporte en 1861 que son cœur a été enseveli à Fontevraud.

P. 97. Michel Vaissier . Anjou, terre secrète du Graal ? Editions Cheminements, 1 janv. 1999 –

http://books.google.fr/books?id=Oz66DJMZr7sC&pg=PA97&dq=fontevraud++%22+victor+hugo%22&hl=fr&sa=X&ei=f5k7UenNL5Oy7AbGwYHYAw&ved=0CEIQ6AEwAw#v=onepage&q=fontevraud%20%20%22%20victor%20hugo%22&f=false

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Le roi Jean sans terre proclame son estime pour les vins de l’Anjou (1191).

Située à quelques portées de vignes d’Angers, la toute petite appellation Savennières * (49170) jouit d’un grand prestige depuis une dizaine de siècles. Les moines de l’abbaye Saint-Nicolas commencent à planter des vignes à La Roche-aux-Moines vers 1130 et les bénédictins investissent La Possonnière dix ans plus tard. Surtout, le roi Jean d’Angleterre, dit Jean sans Terre, proclame dans un édit de 1191 sa grande estime pour les vins de l’Anjou.

http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o36052-savennieres-la-complexite-sublimee

http://fr.wikipedia.org/wiki/Savennières_(AOC)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-A-ALIENOR D’AQUITAINE maudite par son fils JEAN SANS TERRE et AÏEULE » MYTHOLOGIQUE » des LUSIGNAN.

C’est dans une de ces maisons « qui s’élevaient comme de grands navires au-dessus de la haine et du mal  à l’abbaye

de Fontevrault, en Touraine, que s’écoulèrent ses derniers jours, parmi les douces âmes qui venaient, dans cet asile,

(( rêver du ciel )) sous la robe blanche à « coule » noire. Elle y mourut en mars 1204.

Comme si pour son châtiment, il ne devait pas lui être permis de goûter une paix complète, elle avait pu, de sa retraite,

voir commencer « ce grand écroulement de sa famille que ses passions avait préparé .

On dit aussi que le 15 juin 1215,  au moment 0ù, forcé de signer la Grande Charte qui consacrait sa déchéance,  Jean s’écria dans

un accès de rage et de désespoir : « Maudite soit la misérable et impudique mère qui m’a engendré ». »

Autant que dans l’étrange réputation que l’histoire lui a faite, ses fautes trouveraient, dans les blasphèmes d’un mau-

vais fils, leur plus grande expiation.

Aliénor fut enterrée à Fontevrault. On y voit encore aujourd’hui dans l’église sa statue jadis peinte et dorée qui la repré-

sente dans un costume luxueux. C’est bien l’image de la reine brillante qui devait passer à la postérité. Le missel qu’elle

tient dans sa main rappelle seul l’humilité et le renoncement de ses dernières années.

Le Moyen âge, frappé par l’étrange destinée des Plantagenets, faisait remonter leur généalogie à la fée Mélusine, serpent

la nuit, femme le jour. « La véritable Mélusine, dit Michelet, mêlée de natures contradictoires, mère et fille d’une génération

diabolique, c’est Aliénor. » Des légendes du Poitou attribuent à la fée Mélusine la construction d’un grand nombre de châ-

teaux, d’églises et d’abbayes. Or, c’est de l’époque d’Aliénor que datent beaucoup de ces monuments où l’art roman à son

déclin jette un dernier éclat et oii l’art gothique vient déjà traduire « un besoin plus aigu de spiritualité ». N’est-ce pas,

peut-être, le souvenir de leur duchesse qui s’est un peu identifié, dans l’esprit des Poitevins, avec celui de la fabuleuse mère des Lusignan .

http://www.archive.org/stream/revuedespyrn26toul/revuedespyrn26toul_djvu.txt

1 commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-A- ALIENOR D’AQUITAINE assiégée à MIREBEAU(86110) par son neveu, ARTHUR DE BRETAGNE du 15 juillet au 1er Août 1202.

Assiégée dans son château de Mirebeau par son petit fils Arthur duc de Bretagne, prétendant au trône d’Angleterre (comme neuveu de Richard), elle fait appel à son fils et nouveau roi d’Angleterre Jean sans Terre,  pour le défaire, sauvant son duché. Prudente, elle renouvelle l’hommage à son suzerain le nouveau roi de France.                                                                                                                       Elle part à 80 ans en Espagne négocier le mariage du futur Louis VIII avec Blanche de Castille, sa petite fille. A son retour, elle décide de rentrer au couvent.                                                                                                                                                                                         Alienor décède à l’abbaye de Fontevrault près de Saumur, où elle est elle inhumée à côté de son mari et de son fils Richard, le 31 mars 1204 à l’âge de 82 ans.                                                                                                                                   http://oc.land.free.fr/Alienor.html

A soixante-sept ans, Aliénor entre à nouveau en politique. En compagnie du chancelier Guillaume Longchamp, elle assume le pouvoir pendant l’absence de Richard parti à la 3ème Croisade. Elle est obligée aussi de faire face au soulèvement de son fils cadet Jean sans Terre durant l’hiver 1192-1193.                                                                                                                                                        Sur le chemin du retour, Richard est capturé par le duc Léopold d’Autriche qu’il avait humilié en Orient et livré à l’empereur Henri VI. Ce dernier demande une énorme rançon, très certainement pour plaire à Philippe II Auguste qui n’avait pas apprécié qu’Aliénor d’Aquitaine s’oppose à lui pendant l’absence de Richard. Il faut savoir que lors de la IIIème croisade, Philippe Auguste, rentré en France bien avant Richard, s’est allié à Jean sans Terre pour tenter de mettre ce dernier sur le trône d’Angleterre.                                                                                                                                                                                                          Réagissant très rapidement, aidée de l’ensemble du peuple d’Angleterre, elle réunit la fabuleuse rançon, et fait libérer Richard à Mayence, en février 1194. Le roi pouvant régner à nouveau, Aliénor d’Aquitaine se retire à l’abbaye de Fontevrault. Mais en 1199, son fils Richard est blessé grièvement au siège de Châlus en Limousin. Aliénor le rejoint juste avant sa mort et négocie avec lui la mise sur le trône d’Angleterre de son frère Jean sans Terre, malgré les droits éventuels d’Arthur de Bretagne, fils de Richard.                                                                                                                                                                                                                     Par la suite elle se rend en Castille, et ramène sa petite fille Blanche. Cette dernière sera mariée au futur Louis VIII et sera donc la mère de Louis IX dit Saint Louis. Au cours d’un déplacement, désirant éviter les troupes de Philippe Auguste, elle se réfugie au château de Mirebeau : elle y est assiégée par son petit fils Arthur de Bretagne. C’est Jean sans Terre qui viendra la délivre.    http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article936

Aliénor se retire en 1200 à l’abbaye de Fontevraud . Malade, elle ramène néanmoins en février 1201 le puissant vicomte Aimery VII de Thouars, qui s’était révolté , à l’obéissance.                                                                                                                                    En juillet 1202, Philippe Auguste déclare Jean sans Terre félon, et saisit ses domaines. Une de ses armées, à Tours, est commandée par le petit-fils d’Aliénor, Arthur de Bretagne, et menace Fontevraud. Elle fuit l’abbaye pour se réfugier à Poitiers, mais ne peut y parvenir et s’abrite à Mirebeau, y est assiégée par le comte de Bretagne du 15 juillet au 1er août, avant d’être délivrée par son fils Jean.                                                                                                                                    Elle se retire à nouveau à Fontevraud à l’automne, et meurt à Poitiers, à l’âge de 82 ans, le 31 mars 1204, quelques semaines après la prise de Château-Gaillard par Philippe Auguste. Elle est inhumée à Fontevraud où l’on peut toujours voir son superbe et célèbre gisant qui voisine avec ceux de son second mari Henri II Plantagenêt, de son second fils arrivé à l’âge adulte Richard Cœur de Lion et d’Isabelle d’Angoulême, l’épouse de Jean sans Terre.      http://fr.wikipedia.org/wiki/Aliénor_d’Aquitaine

À la mi-juillet 1202, la reine Aliénor d’Aquitaine est bloquée par l’armée du roi de France commandée par le Duc de Bretagne Arthur Ier de Bretagne, petit-fils d’Alienor. Il prend la ville de Mirebeau , et s’apprête à donner l’assaut au château où s’est réfugiée Aliénor lorsqu’elle est sauvée par l’arrivée de son fils Jean sans Terre, le 1er août. Jean, prenant à revers les troupes d’Arthur, les anéantit et capture son neveu  qu’il tuera dans sa prison en avril 1203 (une des versions de la mort d’Arthur).                                                                                                                                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mirebeau

Il existe une rue Aliénor d’Aquitaine à Mirebeau.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- CIMETIERE DES ROIS

Le cimetière des rois, mausolée de style baroque, édifié au XVII e siècle à l’initiative de l’abbesse Jeanne-Baptiste de Bourbon,  s’élevait  dans l’angle nord-est de l’église  abbatiale où  subsistent quelques maigres arrachements : un culot  sculpté d’un angelot, des  vestiges de fresques,  une arcade romane,qui avait  été  réutilisée comme support. Cet important monument  reposait  sur deux lions assis, à visage humain, entre lesquels apparaissait une tête de mort surmontée d’une tête d’ange.

Le  tombeau supportait les  quatre  gisants des Plantagenêts  parvenus  juqu’à nous plus deux personnages à genoux: A gauche , Jeanne d’Angleterre priait les mains jointes et  ,en face, à droite, son fils Raymond VII  se  « battait la  coulpe ». Sous le mausolée reposaient  également  une  vingtaine d’importants personnages dont les noms  étaient gravés  sur une plaque  accostée de deux  colonnes  et  située  à droite de l’arc  triomphal ( donc sur le mur  sud de l’abbatiale). Il y avait aussi  des urnes d’or renfemant les  coeurs de Jean sans Terre, d’Isabelle d’Angoulême, d’Henri III d’Angleterre…. Le  tout  était dominé par une arcade de marbre portant un fronton orné des armes de l’Abbesse Jeanne-Baptiste de Bourbon. Cette arcade qui enveloppait l’arc  triomphal donnait au choeur roman un aspect  théâtral. Au fond une statue de la Vierge  à l’enfant   tenue  pour  miraculeuse  et dite Notre-Dame des Roys se déroulait  sur une draperie de terre rouge peinte en trompe l’oeil

(Rubrique en travaux)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-D- DERNIERES DEMEURES DES PLANTAGENET A FONTEVRAUD

Fontevrault

La cité bénédictine de Fontevrault (ou Fontevraud) a été fondée près de Saumur en 1099 par le fervent breton Robert d’Arbrissel.

Le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt, étant mort à Chinon pendant l’été 1189, est inhumé dans l’urgence à Fontevraud, non loin de là.  Aliénor d’Aquitaine se réfugie à la fin de sa vie à l’abbaye avant d’être inhumée à côté de son mari ainsi que de son fils, le roi Richard Coeur de Lion. Sa bru Isabelle d’Angoulême, épouse de Jean sans Terre, est également inhumée sur place.                                                                                                                        C’est ainsi que les Plantagenêts ont fait de Fontevrault leur dernière demeure. Ils reposent dans la crypte de l’église abbatiale pour l’éternité et chacun peut admirer leurs gisants polychromes dans la nef.

http://www.herodote.net/tombes3.php


			

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-I-Isabelle TAILLEFER* plus connue sous le nom d’Isabelle d’ANGOULÊME (1186-1245); La « comtesse-Reine »

Les TAILLEFER furent la première dynastie des comtes d’Angoulême . Ils portaient  « losangé d’or et de gueules »

     La vie d’Isabelle, dernière descendante de la dynastie Taillefer, est digne d’un roman. Elle naquit à Angoulême en 1186* d’Aymer de Taillefer et d’Alix. Promise à Hugues X de Lusignan, elle fut enlevée le jour de ses noces, le 24 août 1200, par le roi d’Angleterre, Jean sans Terre, qui était l’invité d’honneur. Le roi l’épousa quelques jours plus tard et à 14 ans Isabelle devint ainsi reine d’Angleterre. Ils eurent six enfants. Jean sans terre mourut en 1216.

Veuve,   Isabelle rentra en France et épousa son ancien fiancé : Hugues X de Lusignan, comte d’Angoulême. De cette union naquirent neuf enfants. Ambitieuse, Isabelle Taillefer n’oubliait pas ses prérogatives et se faisait appeler comtesse-reine. A la fin de sa vie elle se retira à l’abbaye de Fontevrault où elle mourut  le 4 juin  1246* . On peut y voir encore son gisant exécuté à la demande de son fils Henri III d’Angleterre, né de de son union avec  Jean sans terre

http://www.angouleme.fr/histoire/spip.php?article124

* Née  en 1188, décédée le 31 mai 1246                                                                                                                                                                                               http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://familytreemaker.genealogy.com/users/m/i/l/Laura-S-Miller-smith/GENE1-0070.html&prev=/search%3Fq%3Dg%25C3%25A9nalogie%2B%2Bfontvrault%26hl%3Dfr%26safe%3Doff%26client%3Dsafari%26tbo%3Dd%26rls%3Den&sa=X&ei=i4XMUJL_KO-M0wXW3IDoBw&ved=0CDoQ7gEwAA

Selon d’autres sources, (NDLRB, sources qui paraissent isolées) La Comtesse Reine Isabelle serait enterrée à l’abbaye de La Couronne, mais son cœur se trouverait à l’abbaye de Fontevrault (Maine & Loire)

http://www.lacouronne.fr/culture-patrimoine_patrimoine

Isabelle Taillefer alias d’Angoulême
(v.1188 – 31 mai 1246)
Comtesse d’Angoulême (1202)
Reine consort d’Angleterre (1200),- Armoiries ci-dessus-
puis Reine douairière d’Angleterre (1217) par son premier mariage,
puis Comtesse consort de la Marche (1220) par son second mariage

http://heraldique-europeenne.blogspot.com/2011/11/rois-et-reines-dangleterre-jean-ier.html

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 16, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-L- LOUIS IX (Saint Louis) ACCORDE PAR TESTAMENT UNE DONATION A l’ABBAYE DE FONTEVRAUD

Les seigneurs locaux (Saumurois)  ont très tôt abandonné Jean sans Terre et se sont en majorité ralliés à Philippe Auguste, à la suite de Guillaume des Roches*. Ils ont fait le bon choix : la victoire française n’a pas entraîné la curée qui avait caractérisé la conquête du Saumurois en 1026.

* Guillaume des Roches (1165 ou 1170 / 1222)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_des_Roches

Les abbayes sont plus lentes à se rallier. En 1235 encore, les Annales de Saint-Florent présentent Louis IX comme une brute, qui ravage la campagne et brûle les villages sur la frontière de la Bretagne. Toutefois, Saint-Florent obtient du pouvoir royal l’abandon des  » mauvaises coutumes « . Fontevraud, l’abbaye de la reine Aliénor, est encore mieux traitée : elle obtient confirmation des importantes faveurs accordées par les Plantagenêts, y compris des rentes constituées par Jean sans Terre, et Saint Louis( Louis IX)  lui accorde une donation sur l’un de ses testaments.

http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/recit/ch5/r5d4fran.htm

 

Voir aussi : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2013/08/30/7625/

1 commentaire

Classé dans Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye